La gestion des stocks au sein des entreprises, une tâche qu’il faut absolument confier à contrôleur de gestion ou à tout autre spécialiste du domaine… Les stocks constituent le moteur qui fait tourner une entreprise. Afin de maîtriser ses performances pour accroître ses affaires, toute entreprise doit penser à optimiser la gestion de ses stocks. Cette optimisation peut s’avérer plus simple que l’on puisse l’imaginer, pourvu que vous maîtrisiez certains préalables.

Planification du layout de l’entrepôt

Comme il n’existe pas de solution unique pour optimiser l’espace de stockage dans votre entrepôt, il est nécessaire d’évaluer vos besoins spécifiques. Ceux-ci dépendent de la disposition de votre entrepôt, de sa hauteur de l’espace, des types de stocks que vous entreposez et de l’utilisation éventuelle d’un système de gestion d’entrepôt.

Lorsque vous planifiez l’aménagement de votre entrepôt avant son ouverture ou que vous optimisez l’aménagement d’un entrepôt existant, la consultation d’une entreprise spécialisée vous permet de bénéficier d’années d’expérience dans ce domaine. Vous devez tenir compte de l’emplacement des systèmes de rayonnage, de l’endroit où les stocks à forte rotation doivent être entreposés, des types de chariots et autres équipements dont vous avez besoin et de l’emplacement des zones de transit.

Maîtriser la demande

Il est important pour une entreprise de connaitre les périodes de pic et de baisse de la demande de ses services sur le marché. Cela permet de mettre en place une stratégie d’achat adaptée aux besoins de l’entreprise pour ses réapprovisionnements. Il est donc indispensable de confier cette tâche à un contrôleur de gestion ou faire appel à l’expertise d’un consultant contrôle de gestion.

En effet, en cas de rupture de stock, l’entreprise risque de perdre en clientèle. Le surplus de stock peut quant à lui entrainer des pertes à l’entreprise. Il n’est pas rare que le marché connaisse des fluctuations. Certains produits peuvent également se périmer s’ils sont stockés pendant longtemps.

Asseoir son cycle de réapprovisionnement

En se basant sur la demande et autre prévision de vente, une entreprise doit définir un stock minimum. Ce niveau de stockage représente en fait le seuil en dessous duquel une rupture est à craindre. C’est donc à ce point de stockage que l’entreprise doit en effet lancer ses commandes. Qu’il s’agisse d’un réapprovisionnement à date fixe, d’un complément de stock ou d’une commande sur demande d’un client, le temps de traitement et de livraison de la commande est déterminant.

Planifier le réapprovisionnement permet aussi d’optimiser l’espace de l’entrepôt de l’entreprise. Ce qui peut contribuer à réduire les dépenses liées au stockage. En cas de nécessité, l’entreprise peut engager un consultant achat pour bénéficier de conseils en achat. Tout dépend du système de gestion que celle-ci met en place.

Pour ce qui concerne les fournitures de travail, plus l’entreprise tourne, plus le personnel doit être fourni en matériel. Les besoins les plus élevés sont ainsi enregistrés pendant les périodes de pic de la demande. L’acquisition de fournitures est souvent déterminée par le cycle de réapprovisionnement même de l’entreprise.

Informatiser et digitaliser le suivi

Aujourd’hui, la gestion de stock devient plus aisée. Les entreprises ont accès à des logiciels d’inventaire et des systèmes informatisés de gestion de stock. Ces systèmes permettent de contrôler les mouvements de stock en temps réel. Des signaux d’alerte sont programmables sur les logiciels de gestion. Les données peuvent même être stockées dans des serveurs grâce à Internet. Bien que nécessitant une expertise, l’analyse de ces données peut se révéler d’une importance capitale. Au-delà des renseignements en gestion de stock, elle peut orienter la prise de décision au sein d’une entreprise.

Contrairement à l’inventaire manuel, l’informatisation et la digitalisation génèrent un important gain de temps. L’idéal serait tout de même que les inventaires se fassent sous l’œil vigilant d’un contrôleur de gestion. Ces conseils n’étant pas exhaustifs, les entreprises ont aussi la possibilité de faire appel à l’expertise d’un cabinet-conseil pour une optimisation maximale. Toutefois, le consulting peut aussi engendrer des dépenses supplémentaires.